#Interview 5 : Élodie de Priism. et Nuits Noires



Découvrez Élodie qui a créé Priism. et Nuits Noires.

Zoom sur la porteuse de projet 

Présentez-vous et votre parcours en quelques mots ?

Elodie Parmentier, 28 ans bientôt 29. Après avoir travaillé quelques années au Palais de Tokyo côté événementiel, j’ai quitté le monde parisien et suis partie en voyage pour me concentrer sur mes envies. Au cours de ce voyage, j’ai fait des rencontres déterminantes.

En rentrant en France j’ai postulé à l’incubateur Manufactory car on me l’avait conseillé et j’ai été prise.

Motivation : l’entrepreneuriat ou la cause ?

C’est plutôt le projet, mais en vrai un peu les deux, en choisissant toujours ses projets.

Avez-vous une journée type ?

Pas de journée type ! Si j’arrive vers 8h30, je fais mes mails, je regarde le récap de la semaine, je vois mon associé et mes stagiaires, je suis beaucoup en extérieur aussi pour des rendez-vous et du réseautage.

Un conseil pour ceux qui n’osent pas se lancer ?

Ayez confiance en vous et soyez ambitieux

Zoom sur la start-up

Ton projet en quelques mots ?

On a créé Priism. qui propose deux expériences créatives. Le jour des balades avec des artistes lyonnais. L’idée est de rencontrer l’artiste, découvrir ses coins inspirants, comprendre son processus de création et s’initier à sa pratique. C’est dédié aux créateurs d’événementiel en petits groupes. Il y a une demande et on est très innovants avec ce concept.

Et la nuit on propose « Nuits noires » des concerts immersifs dans le noir total avec une programmation musicale surprise, destinés aujourd’hui au grand public et demain à la cible BtoB.

On développe aussi des packages pour les agences d’événementiel avec balade la journée, dîner dans le noir (dans différents lieux comme des ateliers d’artistes ou encore des studios d’enregistrement) et Nuits Noires à Lyon.

 

LE JOUR

 

 

 

 

 

 

LA NUIT

 

Selon vous, à quel besoin répondez-vous ?

Je pense apporter ma sensibilité artistique à un public non averti. Sur les deux concepts priism. et Nuits Noires on est novateurs. Les gens reviennent, ils arrivent à palper la sensibilité, la patte qu’on y met.

 

 

Comment t’es venue l’idée ?

Je suis partie en sac à dos à l’autre bout du monde à la recherche de pépites artistiques. Je suis rentrée d’Australie après 6 mois sur les routes et en Espagne j’ai fait la rencontre de Gonzalo Puch, un plasticien madrilène. Il m’a emmenée dans plein d’endroits de sa ville, dans son atelier, quelque chose s’est passé.

A mon retour à Paris, je suis allée voir l’exposition Tino Seghal qui mettait en scène un cube où le public devait entrer dans le noir le plus total et on ne savait pas ce qui nous attendait… des performeurs déambulaient et chantaient, tout ça dans le noir ! Le noir, la musique, il y avait des trucs à faire !

Quels sont les challenges de votre startup ?

Le démarchage commercial, la visibilité, la trésorerie, la périodicité…  Pour être sereins, ce serait bien d’avoir une marque avec qui nous collaborons étroitement, sur un an pour laquelle on fait tous leurs évènements (lancement produit notamment avec notre marque Nuits Noires). On reste en micro entreprise pour le moment, il y aurait trop de charges si on passait en SAS. On vise 36 évènements par an et un chiffre d’affaires de 160 000€.

Comment se sent-on en tant qu’entrepreneuse ?

Je n’ai jamais été aussi heureuse et épanouie que depuis que j’ai lancé ça. J’ai toujours voulu être commissaire d’exposition et maintenant je suis un peu commissaire d’exposition à ciel ouvert donc tout se rejoint, je suis sur mes rails ! Financièrement pas du tout par contre.

Comment vois-tu l’avenir ?

Je le vois plutôt joli, avec optimisme et ambition. Priism dans plein de villes en France et en Europe avec des équipes sur place, pour développer à la fois la cible grand public et BtoB.

Que vous apporte le suivi à l’incubateur Jean Moulin ?

De la confiance dans le projet, on est ultra boostés tout en étant accompagnés de manière bienveillante. C’est encourageant aussi de voir qu’il a d’autres entreprises dans le même bateau.

Cela nous donne aussi accès à des réseaux, à l’écosystème, la participation à des concours (comme le concours de pitchs organisés en parallèle de la Conférence de Steven Hearn). Tout ça se sont des choses encourageantes et accélératrices. Si j’étais juste chez moi, j’en serais à 1/3 de ce qui s’est passé maintenant.

Inspiration

Qui t’inspire le plus et pourquoi ?

Margherita Balzerani, mon premier maitre de stage, commissaire d’exposition à Paris, carriériste ambitieuse, fonceuse et qui a toujours réussi. Dans mon premier stage elle m’a mise en confiance et m’a tout appris. Elle m’a piqué avec son ambition !

Ma grand-mère toujours en marge, mariée tard, ultra indépendante, source d’inspiration sur la sagesse, avec pour philosophie de toujours relativiser.

Ma meilleure amie Bérengère Wolff (N.D.L.R. co-créatrice de Trafalgar Maison de Portraits, ex-incubée Manufactory). Le jour où je lui ai parlé de mon idée, avec son associée elles ont pris une heure trente pour m’écouter et me dire à la fin « Fonce ! ». Avoir une amie qui est dans le même bateau c’est chouette.


Tes coups de cœur du moment ?

Nils Frahm, un musicien berlinois qui mélange musique électro et musique classique.

 

L’équipe: Elodie & Jérémie

Suivez Priism. !

Site internet

Facebook / Instagram 

Suivez Nuits Noires !

Site internet

Facebook / Instagram

#Ressources & #Accompagnement pour tous les #Entrepreneurs // #Lyon #StartUps #Entrepreneuriat #Entreprendre