#Startup Cyclik : le bambou au service de votre mobilité !



Vélo en bambou, sur mesure, personnalisable et écologique

 

 

La vie d’entrepreneur

Journée type 

Comme tous les entrepreneurs, je n’ai pas de journée type.

Mon activité est scindée en deux ; une partie communication et une partie production.

Si je prévois de travailler sur l’ordinateur, je viens à l’incubateur, pour profiter des autres entrepreneurs et de l’ambiance qui y règne. Si j’ai des vélos à fabriquer, je travaille chez moi, dans mon atelier.

Motivation : l’entrepreneuriat ou la cause ?

Je suis un passionné de vélo, c’est la cause qui m’anime. Jamais je n’aurais pensé développer une entreprise, mais je ne trouvais plus de sens dans le poste que j’occupais en tant qu’audit financier.

Des a priori sur entrepreneuriat ?

J’entendais autour de moi « je veux monter ma boite, mais je ne sais pas quoi » et je ne concevais pas qu’on puisse penser de la sorte. Pour moi, devenir entrepreneur sans idées à défendre, ça n’a pas de sens.

Cependant j’ai toujours été favorable à l’entrepreneuriat, synonyme de liberté et d’ouverture d’esprit.

Le plus grand obstacle rencontré en tant qu’entrepreneur ?

Je n’ai pas encore eu de grands obstacles, le projet plaît aux concours pour l’instant. Je pense que le pire et le meilleur sont encore à venir !

Avez-vous douté ? Vous arrive-t-il encore de douter ?

Je doute tous les jours, si je ne doutais pas, ce serait prétentieux. Je me demande tous les jours si mon concept va trouver acquéreur.

Je gère le doute en travaillant et en parlant, de mes préoccupations autour de moi.

Quelles sont vos qualités ?

Le goût du risque, la passion du vélo, l’adéquation homme/produit et la façon de vendre mon projet.

Comment se sent-on en tant qu’entrepreneur ? 

Plutôt bien ! Etre challenger en permanence sans savoir de quoi demain sera fait est un vrai défi à relever tous les jours !

Un conseil à partager ? 

Le temps est compté, on ne peut pas chercher à valider son marché pendant trop longtemps, sinon, c’est signe qu’il n’y a pas de marché.

Si tu as une idée et que tu y crois, vas-y à fond, entoure-toi bien, écoute les conseils et remet toi en question en permanence.

 

 

 


Zoom sur la start up

 

Description du projet 

L’activité Cyclik consiste à fabriquer des vélos en bambou, sur mesure, personnalisables et écologiques.

L’avantage du bambou est double :

  • le bambou, de par ses propriétés naturelles, absorbe les vibrations. Le vélo sera donc rigide, dynamique et en même temps très confortable.
  • Avantage écologique : 90% de gaz à effet de serre en moins à la production d’un cadre. Le bambou vient d’Anduze, le lain de Normandie et les pièces métalliques sur mesure viennent de Haute-Savoie.

Pour commander ou tester le vélo, cliquez ici

Comment vous est venue cette idée ? 

Je suis un ancien cycliste de haut niveau, passionné de bricolage. Naturellement, j’ai eu envie de fabriquer mon propre cadre.

Je suis allé me fournir en bambou dans une bambouseraie à Limoges pour mon premier vélo et c’est ainsi que pendant deux ans j’ai continué la fabrication. Suite à plusieurs retours positifs, j’ai décidé de me lancer.

Quel est le déclic qui a fait que vous êtes passé de l’idée à la société ?

Je me suis fié à l’environnement.

Il y a un vrai engouement pour la fabrication locale, le vélo et l’écologie ; le marché du vélo se développe et les marques européennes font le choix du vélo en bambou.

Fondateur : 

Félix Hebert, fondateur de Cyclik, expose son vélo à Gérard Colomb au festival Lyon City Demain

Avant de me lancer dans Cyclik, j’étais auditeur financier. C’était une première expérience intéressante, mais je ne voulais pas faire carrière dans ce secteur.

 

Pour l’instant je suis seul à être à plein temps sur le projet.

Je suis très entouré par ma compagne pour les orientations stratégiques, nous prenons les décisions importantes ensemble. Au niveau de la commercialisation, j’ai la chance d’avoir des amis très présents, notamment aux salons et divers événements auxquels Cyclik participe.

 

Quel est votre business model ?

La vente de cadre de vélo fabriqué sur mesure. Je vends aussi bien des cadres nus que des vélos. Les cadres sont à 2800€ et le prix varie en fonction des équipements ajoutés. Il existe aujourd’hui 4 modèles de vélo :

  • 1 vélo de course/route
  • 1 fixie
  • 1 hybride, entre un VTT et un vélo de route
  • 1 vélo de ville modèle homme/femme

Selon vous, à quel besoin répondez-vous et pour quelle cible ? 

Je réponds à un besoin de différenciation. La cible à qui je m’adresse cherche un vélo différent aussi bien techniquement qu’esthétiquement.

Cyclik a deux cibles :

  • les cyclo-sportifs (cœur de cible) : volonté de différenciation par rapport aux autres cyclo-sportifs et de trouver une alternative au carbone. Le bambou a comme avantage d’absorber les vibrations, les vélos seront alors plus confortables que les cadres carbones mais tout aussi dynamiques. Cest ce que les cycles recherchent. 
  • une cible urbaine : cherche un vélo porteur de sens, avec un positionnement local et français. Une cible à la recherche d’un mode de vie plus qu’un mode de transport.

 

Comment vous positionnez vous face à la concurrence ? 

Le vélo Cyclik interpelle les coureurs du Tour de France 2017, la proactivité en action !

La concurrence sur les vélos en bambou n’est pas très développée, nous n’avons qu’un seul concurrent en France mais plusieurs en Europe. Il existe des revendeurs de vélo en bambou, fabriqués en Amerique du Sud ou en Asie. En fabricant, avec le même positionnement que Cyclik, nous ne sommes pas nombreux.

 

 

 

Votre force et votre faiblesse ? 

Le marché du vélo est très favorable en ce moment, surtout au niveau de mon positionnement (écologique et local), c’est une grande opportunité. Laccompagnement apporté par lincubateur est très précieux et nous aide à nous développer. Propre à toute startup, la marque a le pouvoir d’être flexible et réactive.

Je ne sais pas comment le marché du vélo en bambou va se développer, je ne suis pas à l’abri que le marché évolue en ma défaveur. En interne, ma faiblesse c’est d’être seul. En développant mon activité, j’ai peur de ne pas pouvoir être sur tous les fronts.

Les moments forts de Cyclik ? 

Mon intégration dans l’incubateur m’a permis de donner une vraie orientation à mon entreprise, de concrétiser le projet. Sans l’incubateur, je ne suis pas sûr que j’aurais pu résister à la solitude de l’entrepreneur.

 

Deuxième moment fort, la foire de Lyon, notre première exposition médiatique.

Cyclik a remporté le prix du public de la start-up la plus innovante.

La foire de Lyon nous a apporté beaucoup de visibilité et retombées presses, notamment un article dans Les Echos.

 

 

Je pense aussi au concours Jeune Entrepreneur de l’Année (JEA), où nous avons reçu la distinction du meilleur esprit coopératif.

 

 

 

Quels sont les challenges de votre start up ? Comment voyez-vous l’avenir ?

Le challenge actuel et pour l’avenir, c’est le développement de l’entreprise.

Portrait chinois 

Aujourd’hui Demain Jamais
Voiture Pédalo Tgv japonais Voiture tuning
Ville Lyon San Francisco Pyong Yang
Animal Ecureuil Panda Muraigne
Végétal Pousse soja Bambou Tomate

 

Site internet

Facebook

Twitter

#Ressources & #Accompagnement pour tous les #Entrepreneurs // #Lyon #StartUps #Entrepreneuriat #Entreprendre