#Startup Re.Source : des matériaux de qualité à prix cassés !



 Construire avec des matériaux de réemploi aussi facilement qu’avec du neuf !

 

 

La vie d’entrepreneur

 

Célia Auzou, 31 ans, architecte de formation, monte Re.Source ; une plateforme de mise en relation d’artisans et de particulier pour s’approvisionner en matériaux de construction d’occasions.

 

Journée type 

Je commence à 8h30, je finis aux alentours de 21h et je mange en travaillant, ça peut faire un peu peur comme ça mais c’est super !

J’essaie surtout d’obtenir un maximum de contact. Je rencontre des personnes qui travaillent sur des sujets similaires. Bien entendu, je réponds à mes mails et je fais mon site internet (pour voir le site Internet de Re.Source cliquez-ici)

En somme je suis sois derrière mon ordinateur, sois sur mon vélo en route pour un rendez-vous.

Motivation : l’entrepreneuriat ou la cause ?

Au début, c’était plutôt la cause. Mais je me suis pris de passion pour l’entrepreneuriat ! Je n’aurais jamais cru, mais je mets désormais les deux facteurs au même niveau.

Des a priori sur l’entrepreneuriat ?

J’ai toujours trouvé très intéressant de monter son entreprise mais le rapport à l’argent me dérangeait. Vendre son projet, en faire la communication, c’était des choses qui me rebutaient énormément avant même de savoir ce que c’était. Maintenant que je le fais, je trouve tout cela passionnant. Si j’avais su, j’aurais orienté ma carrière professionnelle différemment.

J’aime le côté stratégique de l’entrepreneuriat. A l’inverse, les architectes ne s’intéressent que rarement au marketing et à la communication, nous en sommes loin et nous en avons une mauvaise image.

Le plus grand obstacle rencontré en tant qu’entrepreneur ?

Le plus grand obstacle ; moi-même. Avec l’entrepreneuriat j’ai appris à me connaître davantage, je découvre mes limites et parfois je peine. C’est difficile, il faut toucher à tout, et j’aimerais savoir tout faire, plus rapidement.

Avez-vous douté ? Vous arrive-t-il encore de douter ?

Bien sûr, je doute, parfois je me dis que tout serait plus simple si j’allais vendre des carottes sur le marché (coucou Marchéco).

Il arrive que les accompagnateurs de l’incubateur nous bousculent, prennent notre projet et en fassent des confettis. Mais il faut savoir rebondir et surtout, il faut savoir où on a envie d’aller et ce que l’on veut faire de son projet.

Quelles sont vos qualités ?

En école d’architecture, nos professeurs étaient très durs, nous n’avons fait qu’apprendre à rebondir pendant 6 ans, c’est devenue une de mes qualités. Aussi, je suis dynamique et extrêmement déterminée, je n’abandonnerais le projet que s’il n’y a pas d’autres issues possibles.

Comment se sent-on en tant qu’entrepreneur ? 

J’ai l’impression que mon cerveau, avant même de se mettre en route, pense déjà à Re.Source. C’est très stimulant !

A l’inverse, je suis tout le temps connectée à mon projet, c’est parfois fatiguant, il est important de prendre du temps pour soi, pour penser à autre chose, c’est bénéfique.

Un conseil à partager ? 

A ceux qui n’osent pas entreprendre, essayer dans un premier temps de comprendre vos blocages et ensuite vous pourrez trouver un biais pour les contourner.

 

 

 


Zoom sur la start up

 

Description du projet 

Re.Source permet à tout le monde de construire avec des matériaux de réemploi aussi facilement qu’avec du neuf.

Il s’agit d’une plateforme web qui met en lien des artisans qui ont des matériaux neufs (destinés à la benne, pour erreurs de côtes, surplus de chantiers, défauts en tout genre) et le grand public.

Comment vous est venue cette idée ? 

Je travaillais en tant qu’architecte depuis 7 ans. J’ai rapidement fait un constat alarmant ; trop de matériaux encore utilisables partaient à la benne.

De plus, dans ma vie personnelle je suis particulièrement sensibilisée aux questions écologiques.

 

Avec une amie architecte, nous voulions monter une agence d’architecture sur les matériaux de réemploi, mais aucune structure n’existe aujourd’hui pour trouver et construire avec ce genre de matériaux. Il était donc préférable de créer la filière avant de monter une agence. C’est de là qu’est né Re.Source !

Fondatrice : Célia Auzou 

J’ai fait mes études à l’école d’architecte de Normandie et ensuite j’ai travaillé dans différentes agences d’architecture, à Tours, Rouen et Lyon.

Je suis à 100% sur le projet !

 

Quel est votre business model ?

Re.Source prendra des commissions, prélevées au particulier, sur les ventes. Plus tard, j’aimerais mettre en avant des artisans qui utilisent des matériaux de réemploi.

Aujourd’hui Re.Source ne fait pas payer les artisans, le but étant de les attirer sur la plateforme pour qu’ils mettent un maximum de matériaux. A terme le business model évoluera et nous prendrons une commission sur chaque partie prenante de la plateforme.

Selon vous, à quel besoin répondez-vous et pour quelle cible ? 

Le besoin est assez clair et répond à deux problématiques :

  • Il y a trop de déchet dans le BTP : 400 millions de tonnes de déchet dans le BTP par an dont 40 millions de tonnes qui proviennent du bâtiment. Le constat est criant et il existe sûrement des sources d’économie des déchets.
  • Construire est très coûteux et tout le monde n’a pas envie de s’endetter sur 25 ans.

Nous nous adressons à des particuliers, qui cherchent à faire des économies dans la construction. Aujourd’hui 80% des Français bricolent, le marché est énorme.

Comment vous positionnez vous face à la concurrence ? 

Nos concurrents sont les magasins de matériaux classiques, qui vendent du neuf, et les destockeurs.

Par rapport au neuf, nous faisons de la revalorisation dans une démarche écologique. Nous avons les mêmes prix qu’un magasin, mais la qualité est bien supérieure étant donné que nos pièces viennent de l’artisanat. Le rapport qualité/prix est très intéressant.

Votre force et votre faiblesse ? 

Le positionnement de Re.Source est peu commun. Nous nous positionnons sur le gaspillage et non sur le déchet, c’est, je pense, une force. Aussi, la majorité des organismes qui s’intéressent au réemploi ne fonctionnent qu’entre professionnels, Re.Source, à l’inverse, s’adresse aux particuliers.

Faiblesse, je suis toute seule, je ne dispose pas de toutes les compétences en moi pour mener ce projet à bien. Je suis, de fait, à la recherche de quelqu’un aux compétences complémentaires.

Les moments forts de Re.Source ? 

Nous avons connu un moment fort quand nous avons changé notre cible. Avant, nous nous positionnions sur les professionnels, il y avait un gros blocage par rapport aux normes de construction. Avec les matériaux de réemploi, il est très compliqué de répondre aux standards de la construction neuve.

En visant les particuliers, nous tentons de participer à la reconnaissance du réemploi !.

Quels sont les challenges de votre start up ? Comment voyez-vous l’avenir ?

Nous avons de l’ambition pour le réemploi, et nous aimerions négocier avec les assurances une manière de garantir les matériaux d’occasions.

J’adore ma nouvelle vie d’entrepreneuse, je vois l’avenir aussi stimulant que maintenant !

Portrait chinois 

Aujourd’hui Demain Jamais
Voiture Bus Le réseau tcl 4×4
Ville Lyon Détroit Las Vegas
Animal Lapin Castor Chacal
Végétal Jeune pousse Saule pleureur Plante carnivore

 

Site internet 

Facebook 

Linkedin 

Twitter

 

#Ressources & #Accompagnement pour tous les #Entrepreneurs // #Lyon #StartUps #Entrepreneuriat #Entreprendre